Le mot du Maire

 

Je me réjouis de la nombreuse participation de noyelloises et noyellois à la dernière réunion publique réunissant plus de quarante personnes.

Outre la traditionnelle présentation des projets en cours, plusieurs participants m’ont interrogé au sujet de l’épandage de produits phytosanitaires sur les parcelles exploitées par les agriculteurs autour de la commune.

En effet, plusieurs maires de petites et grandes communes ont pris des arrêtés municipaux interdisant l’épandage de pesticides à une distance variable des habitations.

L’utilisation des produits phytosanitaires dans l’agriculture et en particulier du glyphosate plus connu sous le nom commercial de « Roundup » fait l’objet de nombreuses publications ou d’enquêtes journalistiques. L’utilisation de produits chimiques n’est jamais anodine ; ils sont susceptibles de créer des troubles de la santé et peuvent avoir des conséquences néfastes sur l’environnement.

En tant que citoyen et maire, garant de la sécurité et de la protection de mes concitoyens, je suis personnellement très sensible à cette question.

Même si les arrêtés pris par les maires ont été systématiquement suspendus par les préfets, ils ont permis d’amener le gouvernement à se pencher sur ce problème et à lancer une consultation sur un projet de décret et d’arrêté fixant une limite à l’épandage des pesticides à proximité des habitations. Ce texte devrait s’appliquer en janvier prochain.

Je ne souhaite pas m’associer au mouvement actuel d’ostracisme du monde agricole. Dans un contexte impacté par le changement climatique généré par nos modes de vie, nous sommes tous individuellement invités à modifier nos pratiques, nos modes de vie.

Il me semble donc plus constructif d’engager un dialogue sur les pratiques actuelles et futures des exploitants intervenant sur le territoire de notre commune. Nécessité d’autant plus évidente qu'elle se situe au cœur des champs captants !

Je m’y engage d’ici la fin de l’année en présence des élus de la commune.

Nous reparlerons de ce sujet important relatif à la santé de chacun et à la préservation de notre environnement.

 

La réunion publique du 19 septembre

 

Une quarantaine de noyelloises et noyellois ont participé à ce qui fait partie maintenant des traditions, à savoir une rencontre informelle d'échanges entre les habitants et leurs élus.

Henri Lenfant a fait le tour de l’actualité noyelloise et en premier lieu la sécurité du village.

 

Le projet de vidéo protection est en cours d’instruction en Préfecture. En raison du nombre important de communes souhaitant se doter d’un système de vidéo protection, l’étude des dossiers par la Direction des Sécurités de la Préfecture prend plus de temps que souhaité. Un accord est espéré pour la fin de l'année. Il sera alors possible de déployer le système de vidéo protection.

 

Malgré l’arrêté d’interdiction total des poids lourds dans notre village 24 heures sur 24, 7 jours sur 7, ceux-ci continuent de traverser la commune.

En dépit des demandes répétées, les services de la police nationale n’interviennent pas pour contrôler et verbaliser les contrevenants. Une étude a donc été réalisée afin de compléter le système de vidéo protection par un système de vidéo verbalisation des poids lourds permettant de constater ces infractions. Malheureusement, si techniquement le dispositif permet d’identifier et d’enregistrer les véhicules contrevenant à l’arrêté d’interdiction, la loi n’oblige pas l’entreprise propriétaire du véhicule à communiquer les coordonnées du chauffeur au volant au moment de l’infraction.

Le maire a donc pris la décision d’user de son pouvoir de police et procédera lui-même à la verbalisation des conducteurs qui continuent de traverser le village.

 

A la différence des autres communes limitrophes, Seclin, Emmerin, Wattignies et Houplin-Ancoisne, notre commune n’a pas subi d’invasion de gens du voyage sur son territoire durant la période estivale …

La mise en place rapide de blocs de béton dès le lendemain d’une première tentative d’occupation ainsi que la sécurisation du site Olea ont permis de protéger les endroits susceptibles d’être envahis de manière illicite.

Remarque fut faite dans l’assemblée quant à l’aspect peu esthétique de ces blocs. Le maire y a répondu en assumant avoir privilégié l’efficacité de la solution au détriment du côté esthétique. Une étude sera faite cet hiver pour mi-enterrer les blocs de béton et les peindre.

 

Toujours au niveau sécurité mais cette fois pour la protection de la santé et de l’environnement, une large discussion a eu lieu concernant le débat actuel sur les épandages de produits phytosanitaires sur les parcelles agricoles. (Voir Le mot du maire).

 

Ensuite Henri Lenfant est revenu longuement sur l’avancée du projet du nouveau CAM. Initialement programmé lors du mandat précédent, il va enfin démarrer. Les installations municipales actuelles ne sont plus adaptées fonctionnellement et ne répondent plus aux critères d’isolation phonique et thermique.

Les travaux débuteront début novembre. Un comité de suivi animé par le maire et réunissant les riverains immédiats a été mis en place afin d’informer et de gérer les nuisances générées par un tel chantier. La livraison de cette installation est prévue pour fin 2020 pour la salle principale et fin 2021 pour le boulodrome et les ateliers municipaux. Le premier semestre 2022 sera consacré à la démolition des ateliers actuels.

 

Le déploiement de la fibre continue sur la commune même si cela peut parfois poser des problèmes à certains. Monsieur le Maire invite celles et ceux, rencontrant des difficultés d’installation par Orange, à le contacter afin qu’il puisse agir auprès de l’opérateur. En revanche, à la date de la réunion publique, les services de la mairie ne disposaient d’aucune information sur le déploiement de la fibre dans la rue d’Emmerin. Henri Lenfant a assuré qu’il reprendrait contact avec les résidents de cette rue dès qu'il en saurait plus.